6 mai 2020

Séries Ramadan 2020 – Prophète Shou’ayb

Dans l’histoire précédente, nous avons abordé l’histoire de Lot et de son peuple. Non loin de la cité où se trouvait le peuple de Lot, se trouvait une cité appelée Madyan, où Allah envoya le prophète Chu’aïb.

Le peuple de Madyan

La cité de Madyan était connue pour son commerce ; mais tous les marchés de la cité étaient connus pour la tricherie, le mensonge et la tromperie. Ils ne respectaient jamais le bon poids et la bonne mesure dans leurs transactions commerciales.

Le peuple de Madyan avait également pour habitude de sortir de la cité et quand ils voyaient, une caravane ils lui coupaient la route et ils la dépouillaient d’une partie de ses biens. « Et ne vous placez pas sur tout chemin, menaçant, empêchant du sentier de Dieu celui qui croit en Lui et cherchant à rendre ce sentier tortueux… » (Sourate 7, Verset 85)

L’appel du prophète Chu’aïb

Dieu le très Haut envoya le prophète Chu’aïb, le troisième prophète arabe parmi les quatre qu’il y a eu ( Houd, Salih, Chu’aïb et Mohamed (SWS) ) .

À l’image de tous les autres prophètes qui le précédèrent jusque-là, le premier message de Chu’aïb fut l’appel à l’unicité de Dieu.

« Et (Nous avons envoyé) au Madyan, leur frère Chu’aïb qui leur dit « Ô mon peuple, adorez Dieu ; vous n’avez point de divinité en dehors de Lui … » » (Sourate 11, Verset 84)

Après son appel à l’unicité de Dieu le Très Haut, Chu’aïb a commencé à leur apprendre que leur commerce et leur fraude dans les transactions étaient illicites et que Dieu ne l’acceptait pas

« …Et ne diminuez pas les mesures et le poids je vous vois dans l’aisance et je crains pour vous [si vous ne croyez pas] le châtiment d’un jour qui enveloppera tout » (Sourate 11, Verset 84)

 

Après que le prophète Chu’aïb ait appelé son peuple à adorer Dieu seul et à renoncer au commerce illicite, à la fraude, aux embuscades, ils lui répondirent d’un air orgueilleux et moqueur :

« Ils dirent Ô Chu’aïb est-ce que ta prière te demande de nous faire abandonner ce qu’adoraient nos ancêtres ou de ne plus faire de nos biens ce que nous voulons ? Est-ce toi l’indulgent, le droit ? » Sourate 11, Verset 87)

 

Chu’aïb essaya d’éveiller leurs consciences en leur rappelant comment le peuple de Nouh a été anéanti par le déluge, comment le peuple de Houd a été anéanti par le vent, comment le peuple de Salih a été foudroyé et comment le peuple de Lot a été renversé.

« Ô mon peuple, que votre répugnance et votre hostilité à mon égard ne vous entraînent pas à encourir les mêmes châtiments qui atteignirent le peuple de Nouh, le peuple de Houd ou le peuple de Salih et (l’exemple du) peuple de Lot n’est pas éloigné de vous » (Sourate 11, Verset 89)  

Toujours d’un air moqueur, le peuple de Chu’aïb ne voulait rien entendre ni savoir.

« Ils dirent « Ô Chu’aïb, nous ne comprenons pas grand-chose à ce que tu dis ; et vraiment nous te considérons comme faible parmi nous. Si ce n’était ton clan, nous t’aurions certainement lapidé » (Sourate 11, Verset 91)

Le châtiment d’Allah

L’épreuve de Chu’aïb s’est durcie, son peuple a voulu chasser, lui et les croyants, de la cité. La situation devint de plus en plus compliquée, Chu’aïb implora alors Dieu le très Haut « … Ô notre Seigneur, tranche par la vérité, entre nous et notre peuple car Tu es le meilleur des juges » (Sourate 7, Verset 89)

Le jour du châtiment vint à ce peuple qui s’est montré orgueilleux, arrogant et hostile. Allah sauva le prophète Chu’aïb et ceux qui croyaient en les sortant de la cité.

« Lorsque vint Notre ordre, Nous sauvâmes par une miséricorde de Notre part, Chu’aïb et ceux qui avaient cru avec lui … » (Sourate 11, Verset 84)

Alors une canicule très forte toucha la cité, personne ne la supporta. Mais ils trouvèrent un nuage qui faisait de l’ombre, alors les gens de la cité sortirent pour s’abriter sous cette ombre et c’est ce nuage qui envoya une flamme qui brûla les gens. « Mais ils le traitèrent de menteur. Alors, le châtiment du jour de l’Ombre les saisit. Ce fut le châtiment d’un jour terrible » (Sourate 26, Verset 189). Le Saint Coran fait également référence à un tremblement de terre « Alors le tremblement (de terre) les saisit » ainsi qu’un cri « …Et le cri terrible saisit les injustes… » (Souate 11, Verset 94)

La cité de Madyan gisait alors de cadavres « comme s’ils n’y avaient jamais prospéré, que les Madyan s’éloignent comme les Tamud se sont éloignés » (Sourate 11, Verset 94)

Chu’aïb revint au sein de cette cité dévastée et dit « …Ô mon peuple, je vous ai bien communiqué les messages de mon Seigneur et donné des conseils. Comment donc m’attristerais-je sur des gens mécréants ? » (Sourate 7, Verset 93)

C’est ainsi que la page d’un autre peuple désobéissant à Allah fut tournée, à l’image d’autres peuples que nous avons vus précédemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *